Articles contenant le tag sciences

Animal de légende, la salamandre…

Je rends vrai le Phénix dans l’ardente
Flamme, où en renaissant je me rénove,
Et je prouve la virilité du feu,
Et qu’il est père, et qu’il a descendance.
La froide Salamandre, qui dément
La note docte, j’ose défendre,
Quand dans les incendies, que je bois assoiffé,
Habite mon cœur, et sans les sentir…

Ce poème tiré du Parnasse espagnol de Quevedo, auteur du dix-septième siècle, rapproche les deux animaux légendaires, phénix et salamandre, dans leur affinité avec le feu. La familiarité de ces êtres fabuleux avec les flammes leur donne ainsi une parenté, mais la comparaison s’arrête là, le phénix étant proche des oiseaux, tandis que la salamandre mythique est semblable aux amphibiens, tout en possédant des écailles de lézard. Une autre différence importante sépare ces créatures : aucune espèce animale ne s’apparente au phénix, à l’inverse des salamandres qui regroupent un certain nombre d’espèces bien réelles dont nous avons déjà eu l’occasion de parler dans ce blog. Est-ce la toxicité connue de certains amphibiens qui a alimenté l’idée du pouvoir de la salamandre d’empoisonner les eaux où elle vient boire ? Peut-être, mais en ce qui concerne la singulière relation entre cet animal fantastique et le feu, la légende seule a entretenu ce mythe et, en faisant de la salamandre son emblème, l’alchimie a assuré la réputation de son invulnérabilité au feu et même de sa capacité à l’éteindre.
Ainsi est née la fascination pour un animal d’exception aux propriétés singulières. Le roi François 1er prit la salamandre pour emblème avec la devise Nutrisco et extinguo, ce qui signifie « J’entretiens et j’éteins », excellente symbolique de la puissance royale, dont on peut encore admirer les représentations à Azay-le-Rideau, Chambord, Blois ou Fontainebleau. Ce flamboyant animal se retrouve aussi dans les armes de plusieurs villes comme par exemple Le Havre ou Sarlat-la-Canéda.

De façon plus contemporaine, la symbolique de la salamandre a été utilisée pour des appareils de chauffage, poêles en fonte ou dispositifs de récupération de chaleur qui portaient le nom de l’animal légendaire et dont la représentation évoquait clairement ses origines lointaines. Tout comme pour le dragon, la sirène, la licorne ou le phénix, la force du symbole a traversé les siècles. De Pline l’ancien à Jean-Christophe Rufin en passant par Ray Bradbury qui, dans Fahrenheit 451, utilise la salamandre comme engin de destruction des livres, cette image légendaire a gardé la puissance que les hommes du passé lui attribuaient.

Le Limier robot n’était pas là. Sa niche était vide, la caserne figée dans un silence de plâtre, et la salamandre orange dormait, le ventre plein de pétrole, les lance-flammes en croix sur ses flancs. Montag s’avança, toucha le mât de cuivre et s’éleva dans l’obscurité, jetant un dernier regard vers la niche déserte, le cœur battant, s’arrêtant, repartant.

Pour tous ceux qui aiment les livres, l’identification de la salamandre avec un instrument de dévastation pourrait nous faire abhorrer cet être légendaire. Ce serait oublier que la passion des livres ne va pas sans leur étude et ce que la zoologie nous apprend de l’animal bien réel qu’est la salamandre nous pousse à la curiosité plus qu’à la détestation…

Alya-Dyn

Vous souhaitez réserver ces documents ?

, , ,

Pas de commentaire

Les Univers parallèles, de Tobias Hürter et Max Rauner

Un demi-millénaire après Copernic, une nouvelle révolution gronde : l’Univers serait multivers. Il n’existerait pas un, mais une infinité d’Univers. Nous habiterions l’un d’entre eux, une niche dans un cosmos pluralisé. Chaque monde concevable existerait réellement, chaque histoire possible se déroulerait quelque part.

Ces théories à donner le vertige sont présentées dans un ouvrage très sérieux sur les Univers parallèles. Ce qui, au siècle dernier, relevait de la science-fiction est aujourd’hui le terrain de jeux de chercheurs on ne peut plus respectables qui traquent l’essence de notre monde dans des spéculations mathématiques qui échappent au commun des mortels. Pourtant dans l’excellent ouvrage de Tobias Hürter et Max Rauner, on peut sans peine se plonger dans les réflexions les plus étonnantes de la science actuelle. Point n’est besoin de connaître en détail les formules d’Einstein, la théorie des cordes de Léonard Susskind ou l’histoire complète de la physique quantique. Il suffit de se laisser emporter par le texte clair de ces deux journalistes pour découvrir les étonnantes possibilités offertes par ces nouvelles approches. Ce qui est abordé ici a de quoi frapper les esprits et éveiller des doutes sur les théories avancées. Que le professeur de physique Alexandre Vilenkin de l’Université Tufts près de Boston, dans le Massachussets et son collègue russe Andreï Linde puissent évoquer la formation de nouveaux univers en prenant l’image des bulles d’un bain moussant a de quoi susciter des interrogations sur le sérieux de ces théories ! Et pourtant, l’histoire des sciences est parsemée d’idées novatrices incroyables qui eurent du mal à s’imposer. Pour illustrer l’aveuglement des hommes face aux mutations trop rapides, voici un exemple très frappant relaté par Tobias Hürter et Max Rauner :

« Les contemporains ne remarquent souvent rien des révolutions qui ont lieu sous leurs yeux. » [citation de Carrier, philosophe allemand et biographe de Copernic] Cela vaut également pour ceux qui se trouvent au cœur des événements : le 14 juillet 1789, Louis XVI rentre bredouille de la chasse. Il note un seul mot dans son journal : « Rien ».

Pour ces théories des multivers, rien n’est donc à exclure. Le regard de l’observateur peut parfois l’induire en erreur sur la réalité du monde… Ainsi, des étoiles sont peut-être présentes dans le ciel nocturne, là où nos yeux ne voient qu’obscurité et, à l’inverse, d’autres qui semblent être bien réelles ont déjà disparu. Ces illusions s’expliquent par la distance des corps célestes et la vitesse de la lumière, 300 000 kilomètres par seconde. De tels concepts ont de quoi dérouter et la cosmologie est confrontée à une multitude de vertigineuses énigmes comme par exemple celle de l’énergie noire qui constitue environ 70% de l’Univers et dont pourtant on sait bien peu de choses… Toutes les questions auxquelles tentent de répondre les spécialistes de l’Univers les entraînent parfois dans des domaines traités normalement par la philosophie. Ainsi, les mots de John Barrow – cosmologiste, astrophysicien et physicien anglais – ont de quoi surprendre :

Il devrait […] exister dans un Univers infini une infinité de civilisations. Dans celles-ci doivent également se trouver des copies de nous tous à tous les âges. Lorsque quelqu’un meurt, il existe également quelque part dans le vaste Univers de nombreuses copies de lui, qui apportent du passé la même mémoire, les mêmes souvenirs et les mêmes expériences, mais continuent à vivre. Cela continue pour toujours et de ce point de vue, chacun de nous « vit » éternellement.

Comment ne pas être dérouté(e) par de telles affirmations proférées par un scientifique renommé ? Les astrophysiciens auraient-ils perdu la raison ? Ou bien la science est-elle en train de se confronter aux plus fascinants mystères de notre monde ? En refermant ce livre, vous ne pourrez plus regarder de la même façon un ciel étoilé ou des photos de l’Univers saisies par le télescope Hubble. La question des Univers parallèles vous fera envisager autrement votre vie, à moins que vous ne rejetiez ces théories inconcevables pour nos petits esprits humains…

Alya-Dyn

Vous souhaitez réserver ce document ?

,

Pas de commentaire

La chute dans le néant, de Marc Wersinger

Fin 2010, les éditions de L’arbre vengeur ont remis en lumière La chute dans le néant, de Marc Wersinger. C’est la troisième édition de l’œuvre unique d’un auteur plutôt mystérieux sur lequel on ne peut trouver de renseignements biographiques. Paru la première fois en 1947, ce livre est un véritable bijou de la littérature fantastique, entraînant le lecteur dans une aventure amusante dans les premières pages, surprenantes et terrifiantes ensuite. Le héros, Robert Murier, est un ingénieur assez terne dont la carrière ne correspond guère à ses capacités et dont le physique ingrat n’attire pas les femmes. C’est cet homme solitaire et effacé qui se retrouve du jour au lendemain doté d’une surprenante faculté révélée après une série de malaises inexpliqués. Terrassé en pleine rue, il se retrouve sur un lit d’hôpital, à l’écoute de ce corps qui ne réagit pas d’une façon logique.

Comme il portait machinalement un regard apeuré sur les objets qui l’entouraient, ses yeux s’agrandirent de stupeur : sa main droite, reposant sur la couverture, avait acquis des dimensions extraordinaires. Elle n’était pas seulement enflée, mais agrandie, élargie : une véritable main de géant. Alors qu’il l’examinait, stupéfait, elle revint brusquement à sa taille normale, comme une baudruche qui se dégonfle.
Désireux d’examiner ce phénomène, Murier tenta une fois encore de mouvoir sa dextre : elle reprit aussitôt des dimensions excessives. Il comprit alors que cet étrange phénomène dépendait de sa volonté.

Ainsi s’annonce la nouvelle capacité du corps de Robert Murier. Comme tout scientifique, il cherche à comprendre ce qui se passe et envisage même la possibilité de soumettre son cas au médecin chef, mais il devrait alors renoncer à sa liberté et surtout à la possibilité d’étudier lui-même ce don étonnant. Une fois chez lui, il commence ses expérimentations sur l’élasticité inhabituelle de son corps, repoussant sans cesse les limites de ses atomes et…

Tout à coup la résistance céda. Les digues étaient rompues. Les molécules s’égaillèrent aux quatre vents. La chambre était vide…

Le jeune ingénieur pousse si loin ses recherches qu’il finit par se mettre en danger. Il délaisse alors ses expériences et reprend une vie presque normale jusqu’au jour où une deuxième faculté se révèle à lui par hasard. Cette nouvelle découverte va bouleverser complètement le cours de sa vie et l’emporter dans une spirale effrayante où il ne pourra plus rien étudier, ni contrôler.

À Genève, le Grand collisionneur de hadrons (LHC), accélérateur de particules

Marc Wersinger a réalisé avec ce livre une terrible histoire d’un homme simple pris dans des tourments dépassant la raison et la logique. Ce qui donne à ce texte toute sa force, c’est la base scientifique sur laquelle il s’appuie qui maintient sans cesse l’ambiguïté entre la réalité et le délire vertigineux de théories pourtant très contemporaines de la physique quantique. L’utilisation dans un livre écrit il y a plus de soixante ans de notions aussi modernes fait de cette œuvre un élément majeur de la littérature fantastique scientifique. Si vous affrontez toutes les horribles péripéties de ce texte, jusqu’à la fin vous serez fasciné par l’imagination de l’auteur et plus jamais vous n’oublierez La chute dans le néant

Alya-Dyn

Vous souhaitez réserver ce document ?

, , ,

Pas de commentaire

Axolotl, salamandrine et autre rareté amphibienne

Un déclin général des populations d’Amphibiens se manifeste dans le monde entier. Par leur mode de vie ces animaux sont exposés aussi bien à la pollution de l’air qu’à la pollution des eaux. Leur déclin est attribué à la destruction de leurs habitats, à l’introduction de prédateurs tels que des poissons ou d’autres Amphibiens dans des régions où ils n’existaient pas, aux pesticides, aux pluies acides, à l’augmentation du rayonnement ultraviolet, à l’élévation de température due à l’effet de serre, ou bien à un effet synergique de toutes ces causes. Ambystoma tigrinum des Montagnes Rocheuses décline en raison de l’acidification des eaux de même que le crapaud Bufo calamita dans les îles Britanniques.

Cette citation extraite d’un ouvrage de Blaustein et Wake sur le déclin des populations d’amphibiens date de 1990 et on la trouve rapportée dans le Précis d’écologie paru chez Dunod en 2003. Certes, les deux espèces citées n’ont pas complètement disparu si l’on se réfère à la Liste rouge des animaux ou végétaux en danger d’extinction. Mais en matière d’écologie, il faut avoir une vision à plus long terme et aussi considérer l’évolution des populations vivantes à l’échelle du globe. Quoi de mieux pour relativiser que de se pencher sur les enseignements du passé en examinant les catalogues biologiques des siècles précédents… L’inventaire de notre fonds ancien m’a fait découvrir récemment une somme importante de fascicules du dix-neuvième siècle, regroupés sous le titre Mission scientifique au Mexique et dans l’Amérique centralen°G32 bis de notre fonds ancien – dans lesquels apparaissaient de magnifiques planches d’animaux, dont celles qui illustrent cet article.

Dans la citation donnée plus haut, il est question d’un Ambystoma tigrinum pour lequel les nouvelles sont aujourd’hui meilleures d’après les informations de la Liste rouge des espèces menacées. Mais si l’on cherche dans la même liste Ambystoma mexicanum qui correspond à l’animal représenté sur la première gravure de cet article, on voit que la population de ces axolotls est très menacée. Étrange nom pour un amphibien étonnant qui est capable de se reproduire alors qu’il est encore sous une forme larvaire. Cette surprenante capacité appelée néoténie n’est pas unique dans le monde animal, mais l’axolotl reste encore l’exemple type de cette propriété biologique. La néoténie n’est pas irréversible et on a pu observer, en élevage, la métamorphose d’axolotls, ce qui rend ce petit amphibien encore plus intéressant…

Dans l’ouvrage Mission scientifique au Mexique et dans l’Amérique centrale, on trouve d’autres « salamandrines » – c’est ainsi qu’on les appelait à l’époque. Pseudoeurycea Bellii, autrefois appelé Spelerpes Bellii – que l’on voit ci-contre – fait aujourd’hui partie des espèces en danger, tout comme la magnifique grenouille multicolore, Agalychnis moreletii, dont l’ancien nom était Hyla moreleti et dont nous donnons ici une illustration tirée de notre ouvrage du fonds ancien. Pour certaines espèces étonnantes, je n’ai pu trouver le nom actuel. Peut-être ces amphibiens ont-ils déjà disparu ? En avril 2000, dans la revue Terre sauvage, Olivier Milhomme soulignait un fait important :

Pour Anne-Marie Olher, du Muséum national d’histoire naturelle, la moitié seulement des espèces d’amphibiens a été décrite. Dans le monde, deux cents espèces connues sont portées disparues depuis quinze ans. Plus grave, d’autres, inconnues, le resteront à jamais. « On les découvre moins vite qu’elles ne disparaissent », regrette cette spécialiste.

Depuis l’écriture de cet article, la situation de ces invertébrés ne s’est guère arrangée. Sur les 6000 espèces d’amphibiens connues une sur trois serait menacée d’extinction pour de multiples raisons. Au milieu de tous les problèmes environnementaux soulevés régulièrement par des sommets internationaux, que représente la disparition annoncée de petits animaux assez lointains des hommes en matière d’évolution ? Et pourtant… Les amphibiens sont des carnivores de niveau 1 dans les pyramides écologiques, avant les reptiles et les rapaces. Mais la suppression d’un seul maillon de cette chaîne peut avoir des conséquences immenses sur l’ensemble des écosystèmes. Imaginez une pyramide de cubes dont on enlève une strate de base… Cette comparaison, bien que simpliste a l’avantage de parler à tous.

Le déclin des amphibiens est inquiétant pour plusieurs raisons. La première, c’est que beaucoup d’espèces […] ont décliné dans des habitats primaires bien protégés. Si les espèces disparaissent dans ces régions, c’est de mauvais augure pour notre capacité à préserver la diversité biologique globale. […] on peut comparer les amphibiens aux canaris, autrefois utilisés dans les mines de charbon pour détecter des problèmes de qualité de l’air : si les canaris mouraient, les mineurs savaient qu’il fallait s’en aller.

Ce texte est extrait d’un ouvrage de référence, Biologie, collectif réédité de nombreuses fois chez De Boecke et dont nous possédons la version de 2007. En juin 2012 s’est tenu à Rio le quatrième « sommet de la Terre », une rencontre importante qui, comme la montagne de la fable, n’a accouché que d’une souris. Que dire alors des amphibiens en particulier ? Ne restera-t-il un jour de certaines espèces que de magnifiques gravures dans des livres anciens ?

Alya-Dyn

Vous souhaitez consulter ou réserver ces documents ?

, ,

Pas de commentaire

Le bestiaire des élèves

Dans ce blog, il fut déjà question des bestiaires médiévaux aux créatures hautement improbables, hybrides étonnants dont les illustrations se trouvent dans notre fonds ancien. Nous aurons d’ailleurs l’occasion d’en reparler tant le sujet est riche. Pour le moment, je souhaite vous faire découvrir le fantastique travail réalisé par les élèves d’une classe de 5ème du collège Salinis, guidés par leur enseignante. Avec le même entrain qu’ils avaient eu pour aborder une randonnée d’écriture en septembre 2011, ils se sont attaqués à un autre défi : créer leur bestiaire à la manière de ceux du Moyen-Age. Nous les avons donc reçus au cœur de la bibliothèque, pour une visite de nos fonds patrimoniaux. Voici les titres des ouvrages des seizième et dix-septième siècles dont ils ont pu admirer les illustrations ou les marques typographiques :

Guillaume Rondelet : L’histoire entière des poissons. Lyon : M. Bonhome, 1558. Fonds ancien n°1477

Ulisse Aldrovandi : De piscibus libri V et de cetis lib. Unus. Bologne : Bellagamba, 1613. Fonds ancien n°1899

Conrad Gesner : Historiae animalium. [3 vol.] Francfort : [T.1 Cambierian 1603, T.2 Jean Wechel 1585, T.3 1555]. Fonds ancien n°1916

Sante Pagnino : Hoc est, Thesaurus linguae sanctae… Lyon : Sébastien Gryphe, 1529. Fonds ancien n°3953

Giovanni Nanni : Antiquitatum variarum volumina XVII. Paris : Jehan Petit, 1515. Fonds ancien n°3979

Lorenzo Valla : Laurentii Valle de lingua latina… Paris : Jean Barbierri, 1509. Fonds ancien n°3981

Martyrologium sive Sanctorum Martyrum catalogus… Paris : Jacques Kerver, 1573. Fonds ancien n°4400

Barthélémy de Cologne : Dialogus mythologicus… Paris : Jean Laliseau, [1504]. [Troisième œuvre d'un recueil] Fonds ancien n°4407

Denys le Périégète : Dionysii Alexandrini opus de Situ orbis, cum commentariis Eustathii… Paris : Poncet le Preux, 1556. Fonds ancien n°4697

Athanase Kircher : Athanasii Kircheri… Arca Noë in tres libros digesta… Amsterdam : Johannes Janssonius, 1675. Fonds ancien n°4912

Olaus Magnus : Historia de gentibus septentrionalibus… Romae : [sans nom], 1555. Fonds ancien n°5871

Robert Gaguin : La mer des croniques et miroir hystorial de France… Paris : Pierre Gaudoul, [sans date]. Fonds ancien n°5885

De cette rencontre entre des élèves et des livres de notre patrimoine, un bestiaire contemporain a pris forme. Vous pouvez le découvrir et le feuilleter sur notre portail. Nul doute que leur travail unique saura vous conquérir…

Alya-Dyn

, ,

Pas de commentaire

Papillons au fil du temps

Au milieu du dix-neuvième siècle, paraissait le Dictionnaire universel d’histoire naturelle, sous la direction de Charles d’Orbigny. Cette œuvre importante – n°2758 de notre fonds ancien – contenait des planches si belles qu’elles furent rassemblées en 2007 pour une série de portraits d’animaux. Parmi ces magnifiques représentations, figurent des papillons que vous avez le plaisir de découvrir en regard de cet article. Si j’ai choisi de vous parler des lépidoptères, groupe d’environ 160 000 sur les 1,7 million d’espèces animales recensées, ce n’est pas pour une évocation lyrique d’insectes parés de splendeur, même si l’un des documents dont il sera question ici – Papillonnages, de Nicolas Witkowski – retrace dans ses pages Une histoire culturelle du papillon, superbement documentée et illustrée. Le sujet qui me préoccupe, c’est l’avenir de ces insectes soumis aux multiples attaques de nos sociétés et particulièrement les modifications climatiques. Bien sûr, objectera-t-on, quelle importance face à la multitude des problèmes environnementaux. Et pourtant…

Les animaux ont compris bien avant nous que le climat n’était plus le même. Depuis un siècle et demi et surtout depuis une trentaine d’années, un grand nombre d’espèces ont modifié leur utilisation de l’espace. […] Les entomologistes ont noté les mêmes mouvements [que pour d'autres espèces] chez des papillons et des insectes, qui migrent vers le nord (une dizaine de kilomètres par décennie) et éclosent plus tôt (deux ou trois jours de plus tous les dix ans.

Ces précisions sont données dans l’Atlas du réchauffement climatique, de Frédéric Denhez. On voit donc que les hommes ont mis beaucoup trop de temps à réagir à tous ces signes avant-coureurs de désordres majeurs. Les migrations des papillons ou des insectes semblent encore certainement dérisoires pour beaucoup d’entre nous, par rapport à des catastrophes écologiques majeures que nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer dans ce blog. Et pourtant…

La niche écologique de chaque espèce est définie par des conditions assez strictes de température, de pluviométrie, de durée des saisons, de végétation ou de nourriture. Quand l’un de ces paramètres évolue, l’espèce s’adapte, si elle en a le temps et les capacités physiologiques. Sinon, elle cherche ailleurs une niche écologique identique et disparaît si sa quête reste vaine. Son créneau est alors libre pour une foule d’espèces peu spécialisées, opportunistes. Or, tout, dans la nature, est interdépendant : quand une espèce modifie son aire de répartition, ajuste son cycle de reproduction ou adapte son éventail de proies, toutes les autres en subissent les conséquences. C’est l’effet domino : des petites modifications entraînent parfois des bouleversements considérables à petite échelle, qui finiront par se faire sentir à grande échelle.

Cet « effet domino » dont il est question dans l’Atlas du réchauffement climatique est souvent nommé d’une autre façon : l’effet papillon. Cette expression trouve son origine dans les recherches du météorologue américain, Edward Lorenz, dans les années 60. Nicolas Witkowski nous explique la naissance de cette notion lorsque Lorenz, évoquant le graphique obtenu lors de ses travaux sur le comportement de l’atmosphère – « une sorte de huit en trois dimensions où tout le monde vit à l’évidence un superbe papillon » – donna  à l’une de ses conférences en 1972 le titre suivant : « Le battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut-il déclencher une tornade au Texas ? ». Cette expression eut un succès considérable étant donné la force de la métaphore utilisée, mais elle eut surtout des applications nombreuses en météorologie, climatologie et bien sûr, aujourd’hui, en matière d’environnement, elle trouve tout son sens. Nicolas Witkowski résume avec beaucoup de justesse l’image utilisée par Edward Lorenz :

De la quantité négligeable qu’il était, pur symbole immatériel, le papillon est devenu l’image de l’influence déterminante du moindre de nos gestes sur un environnement en péril.

Les dangers que font courir nos sociétés à la Terre qui nous porte sont multiples. Les changements climatiques sont sans doute parmi les plus imprévisibles et ils concerneront tous les groupes vivants, des papillons aux hommes. Au dix-neuvième siècle, les papillons n’étaient pas encore frappés par les évolutions technologiques. Ils payèrent par contre un lourd tribut à l’entomologie et Alcide d’Orbigny – frère de Charles, cité plus haut – contribua, avec d’autres scientifiques à une gigantesque hécatombe chez les lépidoptères. Il faut donc garder un peu de retenue en contemplant les magnifiques illustrations du Dictionnaire universel d’histoire naturelle. La beauté dissimule parfois beaucoup de laideur…

Alya-Dyn

Vous souhaitez réserver ces documents ?

, ,

2 commentaires